Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 18:56

http://www.sudouest.fr/2012/02/20/le-pdg-d-adrexo-condamne-au-penal-638354-4344.php

 

Le PDG d'Adrexo condamné par le tribunal de Pau

Il s'agit d'une première en France. Frédéric Pons écope de 30 000 euros d'amende pour travail dissimulé en appel.


Adrexo est une entreprise de distribution de prospectus. (arch. N. L.L.)

On ne compte plus les procédures judiciaires engagées contre Adrexo, un mastodonte de la distribution de prospectus dans les boîtes aux lettres (1), où la précarité semble l'une des choses les mieux partagées parmi ses salariés. Beaucoup sont des personnes âgées qui arrondissent des fins de mois difficiles grâce au cumul emploi-retraite. Des petites mains usées qui se rebiffent, saisissant la justice un peu partout en France depuis plusieurs années pour que leur soient payées les heures de travail qu'elles effectuent. Un point sur lequel elles viennent d'obtenir gain de cause pour la première fois au pénal. En effet, par un arrêt rendu jeudi dernier, la cour d'appel de Pau a condamné le PDG d'Adrexo, Frédéric Pons, à 30 000 euros d'amende pour travail dissimulé, infirmant ainsi un jugement de relaxe du tribunal correctionnel de Mont-de-Marsan du 15 mars dernier.

Cadences intenables

Au cœur de cette affaire, les conditions de travail des distributeurs de prospectus. Soumis à un régime dérogatoire dit de « préquantification du temps de travail », ils se voient fixer une « feuille de route » qui détermine par avance leur temps de travail et dont découle leur rémunération. Problème, entre ce document et la réalité, il y a souvent un monde et des cadences intenables. Ce qu'a mis en évidence une enquête fouillée de l'inspection du travail des Landes, saisie en 2006 par des distributeurs montois. Pendant plus d'un mois, trois fonctionnaires ont suivi des employés sur leur tournée. Leurs conclusions sont sans appel : le temps de travail effectué dépassait largement - parfois du simple au double - les heures précomptées et effectivement payées.

Pour sa défense, le PDG d'Adrexo s'appuyait sur la convention collective nationale de la distribution directe, laquelle a vu le jour en 2004 et a créé la préquantification des heures de travail, dispositif gravé dans le marbre par un décret ministériel en 2007, mais qui fait actuellement l'objet d'un recours devant le Conseil d'État. Un argument battu en brèche par les magistrats palois pour qui la convention collective n'est pas respectée. « Aucun correctif n'est apporté à de réelles et notables distorsions entre les horaires préalablement (et conventionnellement) établis et ceux réellement effectués, ni le lissage des rémunérations, facultatif, et que ne pratique pas l'entreprise, ni la modulation, pourtant stipulée comme obligatoire et annuelle ne sont établis par le prévenu. »

L'infraction constituée

Et la cour d'enfoncer le clou en s'opposant vigoureusement à l'analyse du tribunal correctionnel montois, pour qui l'infraction n'était pas constituée du fait de l'absence d'élément intentionnel. « Il apparaît tout à fait établi », écrit-elle au contraire dans son arrêt. Lequel fustige « la généralisation d'une pratique irrégulière, en dépit de multiples réclamations, de très nombreux contentieux prud'homaux ou pénaux, et en l'espèce la résistance aux avertissements de l'inspection du travail, de la part du prévenu et de son entreprise, arc-boutés sur les dispositions d'une convention collective scrupuleusement appliquées lorsqu'à leur avantage mais négligées quant aux contreparties utiles aux salariés. »

D'autres recours en justice

Les magistrats palois ont alloué 800 euros aux huit distributeurs landais qui s'étaient constitué partie civile au titre de leur préjudice moral. Ces derniers devraient très prochainement saisir les prud'hommes afin de se faire payer leurs rappels de salaire.

Et leur victoire au pénal pourrait faire des émules, notamment en Béarn, où les distributeurs du centre de Lons ne désarment pas malgré une récente déconvenue judiciaire. Eux ont gagné aux prud'hommes mais perdu au pénal où le dossier avait été porté par l'inspection du travail des Pyrénées-Atlantiques. « Nous n'excluons pas de porter plainte dans les prochains mois. Nous accumulons les preuves et nous comptons bien engager les poursuites nécessaires », commente Antonin Le Corno, l'avocat des Béarnais. Adrexo est loin d'en avoir fini avec la justice. L'entreprise peut toutefois encore se pourvoir en cassation.

 

(1) 300 millions d'euros de chiffre d'affaires, un millier de cadres et 23 000 salariés distributeurs dans toute la France.

Par EliSa Artigue-Cazcarra

Partager cet article

Repost 0
Published by Inspection du Travail - dans Suites judiciaires apportées aux PV
commenter cet article

commentaires

Flavier 16/11/2012 18:52

C'est insupportable de voir a notre époque une société qui ne cherche a s'enrichir que sur la détresse de gens qui cherchent a survivre(faut-il nommer ADREXO?)
Pour ma part j'ai effectué 71 heures de travail en distribution d'annuaires , mon véhicule tournant sans interruption,des chargements et des aller/retour au centre depôts...tout cela pour 239
euros.
J'ajoute que j'ai effectué 1220 Kms Et que les indemnités kilométriques sont compris dans les 239 euros,et encore parceque j'ai dénonçé cette malhonnêteté ce qui m'a permis d'être octroyé de 50
euros compris dans la somme De 239 euros

CFTC Giltjes 17/05/2012 06:34

J'ai en ma posséssion des dizaines de témoignage sur l'honneur de distributeurs qui disent qu'ils ne sont pas rémunérés pour les taches de déchargement et de rechargement et que le temps pour
effectuer cette mission n'est pas rémunéré

CFTC Giltjes Rémy 17/05/2012 06:31

Je suis délégué du personnel sur le centre de Strasbourg et je constate que monsieur Pons a démissionné de ses fonctions au sein de l'entreprise.
Il y aura un autre directeur qui prendra ses fonctions et en conséquence il n'y aura pas d'avancés sociales.
L'inspection du travail pourrait travailler sur le fait que les distributeurs de toutes les régions doivent travailler à leur domicile afin de constituer les poignées a distribuer
car la société ne met pas a leur disposition des postes de travail pour effectuer ses mêmes poignées.
Ainsi les distributeurs doivent décharger leur véhicule à leur domicile et lorsqu'ils ont fini la préparation des poignées doivent recharger leur véhicule.
soit une moyenne de 15 minutes de travail a chaque manipulation soit approximativement 30 minutes effectives de travail non prises en compte par la société Adrexo.
Il y a entre 24000 et 25000 salariés chez Adrexo
Si l'on multiplie se nombre de salariés par le nombre de 1/2 heures cela fait un très grand nombre d'heures de travail effectives non rémunérés,non soumises à impôts et a toutes charges
sociales.
De plus ils ne perçoivent aucune rémunération supplémentaire pour effectuer cette charge de travail supplémentaire.
Ainsi, un distributeur , lorsqu'il signe sa feuille de route il y est précisé que celui-ci est rémunéré 15 minutes pour charger son véhicule et partir du dépôt pour rejoindre sons secteur.
Il y a tout lieu de pen que les poignées sont déjà prêtes

Présentation

  • : Le blog de l'Inspection du Travail (France)
  • : Inspecteurs ou contrôleurs du travail, salariés, employeurs, syndicats, magistrats, etc. Vous pouvez tous avoir, sur l'inspection du travail, des questions et des opinions. Venez sur ce site, non officiel mais dédié, pour les partager ! QUESTIONS : Seules les questions en rapport avec l'inspection du travail sont garanties de recevoir une réponse. Les autres questions, plus générales sur le droit du travail, reçoivent une réponse en fonction des disponibilités de temps.
  • Contact

Recherche